Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Florence Blaimont - HERO

  • « Tue » travailles, toi ? Ou " Comment le Burn Out devient l’épidémie du siècle…"

    burnout.jpg

     “ 30% des employés sont en Burn Out actuellement en Belgique ” - “ Je n’en peux plus de mon travail ” “ Je porte trop sur moi ”-  Les nuits, les week-ends ne me suffisent plus pour me reposer ” “ Je sens que je vais craquer, je dois sans arrêt me retenir de pleurer et j’ai du mal à retenir mes émotions”

    Voilà ce que j’entends à longueur de journée en tant que coach ! Je me présente. Je suis Florence Blaimont, fondatrice de HERO sprl, une agence de coaching, consulting et formation. Je vais vous parler d’un sujet qui me tient particulièrement à cœur : le Burn Out.

    Aujourd’hui, le Burn Out ou épuisement professionnel touche une personne sur trois : des hommes d’affaires aux femmes au foyer, des personnes qui le sentent à ceux qui le nient, certains le reconnaissent, d’autres s’en cachent…

    Ce syndrome consume le travailleur physiquement et moralement jusqu’à l’épuisement total. Dans ces quelques lignes, je souhaite vous présenter les symptômes, les causes possibles du Burn Out, des tuyaux pour prévenir et se sortir du Burn Out. Car oui, il est possible de sortir du Burn Out, mais pas seul. (Source Dr Van Acker, neuropsychiatre et Lise Bourbeau, auteur et conférencière)

    Selon Lise Bourbeau, quelques semaines seraient nécessaires pour se sortir du Burn Out et déjà changer sa vision de la réalité. Les symptômes du Burn Out sont multiples et certains sont à prendre avec des “pincettes”. Pourquoi ? Car beaucoup de symptômes sont similaires à ceux de la dépression. Mais attention, Burn Out n’est pas égal à dépression. Selon Agnès Martineau-Arbes, médecin du travail, la dépression suppose une spirale descendante, une forme d’abattement, tandis que le Burn Out s’inscrit, au contraire, dans une spirale ascendante, une frénésie d’activité jusqu’au point de rupture.

    Si vous vous sentez en danger de Burn Out, l’idéal est de demander un test médical auprès d’un cabinet de coaching ou de psychologie. (HERO sprl fournit des tests agréés par le Docteur Van Acker en collaboration avec Psy 503). Voici les principaux symptômes:

    Les symptômes physiques :

    - Extrême fatigue (malgré le sommeil/ les congés/week-ends)

    - Nuits agitées – perturbées (cauchemars, insomnies)

    - Tensions et douleurs musculaires : cou, épaule, dos, lombaires…

    - Différents maux physiques : désordre intestinal, trouble de la vue, migraine…

    - Consommation de snacks salés/sucrés/alcool qui augmente – et donc, prise de poids

    - Ou au contraire, plus d’appétit – et donc, perte de poids

    - Consommation de cigarettes en augmentation

    - Consommation de calmants, anti douleurs de manière régulière

    - Nausées et/ou migraines possibles

    - Fatigue des yeux – troubles de la vue

    - Perte de mémoire

    - Baisse de la concentration 

    Les symptômes psychiques :

    - Extrême fatigue émotionnelle

    - Hypersensibilité

    - Angoisses et anxiété

    - Mauvaise gestion du stress – des émotions

    - Perte d’envie – de plaisir

    - Difficulté à prendre des décisions

    - Tendance à considérer que les pauses sont des pertes de temps

    - Irritabilité

    - Impression de lenteur

    - Impression d’inutilité de ce que l’on fait (perte de sens)

    - Impression de ne pas être en accord avec ses valeurs intérieures

    - Humour cynique et ironique

    - Pensées négatives du genre : plus rien ne va – le monde va mal – je suis au bout du rouleau – je porte trop – je vais craquer

    - Perte totale de l’estime de soi

    - Impression de ne plus être capable de rien

    - Idées suicidaires

    - Sentiment de « A quoi bon ?! », envie de jeter l’éponge

    Les principales causes du Burn Out :

    Il y a bien sûr, autant de causes qu’il y a d’individus. Voici, selon mon expérience de coach, les plus courantes:

    L’environnement professionnel :

    - Un patron tyrannique, qui a du mal à communiquer clairement ou qui n’est pas à l’écoute suscitera bien sûr plus de Burn Out au sein de son département ou entreprise

    - Une restructuration de la boite qui peut avoir pour conséquence moins de personnel, une mauvaise ambiance

    - Une fusion / acquisition : souvent lors des fusions ou acquisitions mal gérées, les employés se sentent perdus dans une nouvelle structure. Il peut aussi y avoir une perte de valeurs / culture ou de sens pour les employés.

    - Des collègues tombés en Burn out, ce qui peut avoir comme conséquence une surcharge de travail et une mauvaise ambiance

    - Un changement de management : dans certains cas, les personnes ne s’y retrouvent plus

    - Une surcharge de travail et un manque de budget pour engager du personnel supplémentaire

    - Des problèmes d’ententes avec les collègues,...

    L’environnement personnel :

    - Des problèmes familiaux

    - Un deuil récent, une rupture, un divorce

    - Des soucis financiers qui mettent la personne dans un état de stress et de pression permanents

    - Les femmes avec une surcharge de travail : beaucoup d’enfants, des horaires difficiles, beaucoup de tâches ménagères…

    - Un conjoint en dépression ou malade

    - Un conjoint fort absent,...

    Selon le Dr Van Acker, neuropsychiatre avec qui nous travaillons, il y a un cheminement en 3 étapes vers le Burn Out. Tout d’abord, la personne est confrontée à un environnement familial dépressif durant son enfance. C’est à dire qu’un des deux parents, ou les deux parents ont tendance à avoir des comportements dépressifs. Durant l’âge adulte, cette personne vit des moments difficiles dans sa propre famille (avec son conjoint, ses enfants). La dernière étape est celle qui se situe dans l’espace du travail : c’est-à-dire qu’en plus des moments difficiles en famille, il y a aussi une période difficile à traverser sur le lieu de travail.

    Il y a-t-il un profil à risque ? 

    Eh oui ! Le Burn Out ne s’attaque pas à Monsieur et Madame Tout le Monde.  Les plus touchés par ce syndrome sont les personnes les plus engagées. Il y a une croyance populaire qui dit que les personnes touchées par le Burn Out seraient les plus fragiles... Or ceci est faux.

    Il s’agit souvent des « forts », ceux qui se veulent être un pilier pour leur famille et leurs collègues, ceux qui veulent prendre les responsabilités et qui sont engagés dans ce qu’ils font.  Ce sont, comme on dit chez les coaches, les « bonnes âmes ». Ils se soucient du bien-être et de l’efficacité, du temps et des tâches.

    La crème de la crème des employés ! En tant que coach, nous entendons souvent dans notre cabinet : «  au début, j’étais très enthousiaste dans mon travail, j’étais hyper engagé. Mais maintenant, je n’en peux plus, et je ne vois plus le sens de ce que je fais. »

    Voici les profils les plus touchés :

    - Les surengagés

    - Les idéalistes enthousiastes

    - Les indépendants (on estime, en moyenne, un Burn Out tous les 10 ans dans la vie d’un indépendant en Belgique)

    - Les patrons ou les personnes avec beaucoup de / de grandes  responsabilités

    - Les Hauts Potentiels car hypersensibles et souvent hyperengagés dans leur travail

    - Les personnes qui doivent exécuter beaucoup de tâches à la fois et très variées ou qui requiert beaucoup de concentration (les femmes au foyer ne sont pas épargnées)

    Le conseil du Coach :

    Quoi que vous fassiez, la première chose à faire est d’abord d’accepter ce Burn Out  et d’accepter de vivre avec pendant quelques semaines. Un coach consciencieux vous conseillera d’aller voir votre médecin traitant pour lui en parler et voir si une médicamentation est nécessaire ou non.  Vous n’avez pas le choix : ce Burn Out, vous le vivez. Alors, prenez-le comme une opportunité ! C’est ce que les gens qui ont traversé un Burn Out disent avec du recul.

    Posez-vous les questions suivantes :

    En quoi ce Burn Out est-il profitable pour moi ? En quoi est-ce que ce Burn Out est un cadeau pour moi ?Peut-être est-ce une opportunité pour vous de vous reposer ? En effet, cela vous permet de faire un arrêt sur image et d’observer la situation que vous vivez. De comprendre pourquoi vous en êtes arrivé là.

    Peut-être que cela vous donne une chance de vous poser les bonnes questions ? De réfléchir sur vous-même ? Sur vos priorités et sur l’orientation que vous donnez à votre vie ?

    Pour travailler le Burn Out avec les coachés, il s’agit souvent d’un subtil travail entre gestion du temps, apprendre à poser ses limites, travailler ses croyances internes, à gérer ses relations avec son environnement, à gérer ses émotions et sa communication.  Après le grand Tsunami qu’est le Burn Out, tout a été dévasté, mais les bases sont encore là. C’est une opportunité de reconstruire : plus rien ne sera jamais comme avant. C’est une chance de rebâtir autrement.

    Florence Blaimont

    HERO sprl - 0032/497 556 506

    www.programmehero.com

    Lien permanent Catégories : Florence Blaimont - HERO 0 commentaire
  • Sommes nous tous égaux face à notre Q.A ?

    Capture d’écran 2013-10-04 à 12.35.49.png

    Imaginez un arbre dont les branches se laissent bercer par le vent. Pourriez-vous être cet arbre ? À votre avis, avez-vous un assez bon Q.A pour laisser vos branches vaguer au grès du vent ? Alors, avez-vous un bon Q.A ???

    Heu… un bon Quotient d’adaptabilité ! Vous ne savez pas ? Eh bien heureusement, le Q.A est le sujet que notre coach Florence Blaimont, créatrice et fondatrice du Programme HERO a choisi pour ce nouvel article.

    En quelques mots, non seulement, elle va nous expliquer ce qu’est un Q.A, mais également Q.I, Q.E et Q.P. Mais en plus, à la fin de cet article, elle nous donnera quelques exercices afin d’évaluer notre Q.A ;p

    Les psychologues, coaches et recruteurs usent de ces théories afin de mesurer nos capacités à aborder le Monde : le Q.I, le Q.E et le Q.P. Mais est-ce qu’un bon Q.I, Q.E et Q.P peuvent nous rendre plus heureux ? Qu’en est-il du Q.A ?

    Tout d’abord, je vous propose un tour d’horizon, soyons clairs en matière de Q.I, Q.E et Q.P.

    Le Q.I est le plus connu et répandu d’entre eux : le quotient intellectuel qui se veut mesurer notre capacité a retenir et mettre en application les logiques et concepts théoriques que nous avons appris. Ainsi les tests de Q.I mesurent notre activité intellectuelle et notre « intelligence ». Le concept du Q.I a très vite montré ses limites, car les facultés intellectuelles ne sont pas figées (plus on fait des tests de Q.I et plus le score augmente), ensuite parce que des personnes ayant un bon score de Q.I. ne présentaient pas forcement les caractéristiques des personnalités équilibrées et/ou heureuses. (Même si le concept de bonheur est très vaste et très flou, comprenez bonheur ici comme quelqu’un qui se sent bien dans sa peau et qui s’estime globalement heureux). Les psychologues ont observé que certaines personnes avec un Q.I de 140 (la moyenne étant de 100) pouvaient se trouver en incapacité de travailler ou de fonder des relations durables par exemple… C’est là qu’est intervenu le Q.E.

    Le Q.E, sauveur du Q.I, le quotient émotionnel est selon moi une donnée qui pèse plus lourd dans la balance du bien-être intérieur et social. En effet, il s’agit avec ce genre de test de mesurer notre capacité à exprimer et maîtriser nos émotions, de gérer les conflits, de communiquer avec nous-mêmes et notre entourage. Voici une donnée importante qui rentre dans la ligne de mire du bonheur : nos relations aux autres. Car qui peut se prétendre heureux s’il vit seul dans son petit coin ? Il est évident que nous nous sentons mieux dans notre vie à partir du moment où nous pouvons affronter les conflits et communiquer nos besoins de manière non-violente.

    Quant au Q.P, encore ignoré de la plupart de la population, il représente notre quotient physique. C’est notre santé, notre état physique, la résistance de notre corps, la résistance à la fatigue par exemple. Comment mener à bien les projets qui vous tiennent à cœur avec un Q.P faible ? N’est-il pas plus facile de se lancer comme indépendant, d’être un bon parent avec votre enfant ou d’avoir une bonne relation de couple avec un bon Q.P ? 

    Il est sûr que nos capacités ne sont pas les mêmes les jours où nous sommes en forme et reposés et les jours où nous sommes fiévreux et malade. L’audace par exemple peut varier en fonction du Q.P du moment. Une personne aura moins confiance en elle et moins d’audace si elle a accumulé de la fatigue ou si elle est malade. Le Q.P est donc très important et a une forte influence sur l’état de notre Q.I et Q.E. (essayez de passer un test de Q.I en ayant fait une nuit blanche !!!)

    Capture d’écran 2013-10-04 à 12.33.27.pngC’est là qu’arrive ce qui nous intéresse, le fameux Q.A !

    Je dois la réflexion de ce concept à une cliente qui entame mon programme de coaching pour la deuxième fois (dans deux domaines différents). Nos échanges sont fructueux et enthousiasmants. Lorsque nous avons abordé le concept de Q.I, Q.E et Q.P… Le Q.A s’est révélé compléter ces concepts. Le Q.A, c’est notre capacité à affronter les changements. Comme le vent qui souffle sur un arbre : soit ses branches sont rigides et inflexibles et, ça finit par casser. Soit ses branches sont souples et s’adaptent en surfant sur la vague… Il résiste et survit au souffle du vent.

    Dans la vie que nous menons aujourd’hui, la société (notre boss, notre conjoint, le banquier, même notre psy peut-être ;-), les professeurs de nos enfants,…) ne nous demande plus d’être bon ou satisfaisant. On nous demande un niveau d’excellence. Et ce niveau d’excellence, il me semble, en tant que coach, que nous pouvons tous l’atteindre, à condition de développer un Q.A élevé. Cela ne veut pas dire que nous devons être des superHERO. Cela veut dire aussi qu’on se donne le droit de tomber, de recommencer et d’apprendre de nos erreurs.

    Ce Q.A est justement notre capacité à surmonter les épreuves de la vie, tel le vent dans les branches de l’arbre, à être souple, à danser avec le vent. Le vent peut représenter nos peurs, les obstacles de la vie, les personnes avec lesquelles nos avons du mal à gérer. La capacité à vivre dans le changement et à trouver des manières originales de continuer vers nos objectifs de vie. De faire avec !... Avec le pire et le meilleur !

    Un bon Q.A c’est aussi notre capacité à accepter l’imperfection de la vie et à voir que dans cette imperfection se glissent des challenges parfaitement parfaits pour nous ! Par exemple, lorsque vous vous retrouvez confronté à un client qui vous pose des soucis, ceci est « parfaitement parfait » pour vous. Pourquoi ? Car cela vous donne une occasion de développer vos Q.A, d’expérimenter une évolution.

    S’adapter ne veut pas dire se changer du tout au tout, mais évoluer vers du positif en restant authentique, en restant soi. Je n’ai rien inventé, Darwin l’avait fait avant ma chère cliente et moi-même. Selon lui, les individus qui survivent sont ceux qui s’adaptent au mieux au milieu dans lequel ils vivent et aux changements. Ceux qui ne s’adapteront pas ne survivront pas. Le Q.A, c’est un peu notre « quotient survie ».

    Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut dire oui à tout, ne pas avoir ni mettre de limites dans une relation et être toujours d’accord avec tout le monde… Le Q.A ne veut pas dire faire l’autruche ou essayer de se convaincre que nous vivons au pays des bisounours alors que tout le monde sait que c’est faux. Mais, c’est en pleine conscience, décider de quelle évolution nous voulons prendre et de notre manière d’aborder les changements alias notre « meilleur ami-ennemi » le vent de la vie qui se transforme parfois en tornade.

    Comme dirait le Dalaï-Lama : « La seule chose qui ne change pas est que tout est en perpétuel changement. » Étant donné que le Q.A nous permet d’aborder les changements plus facilement et sereinement, serait-il l’ingrédient indispensable au bonheur ?

    BLAIMONT_Florence_MRS0647 (1).jpgPour exercer votre Q.A, il n’y a Q.A’essayer… 

    Sans blague, voici deux exercices qui vont vous aider à muscler votre Q.A.

    L’exercice du coach :

    — Evaluez votre Q.A sur une échelle de 0 à 10 et imaginez aujourd’hui, quel genre de personne seriez-vous avec un Q.A de 10/10 ?

    — Repensez à un changement que vos avez vécu récemment : comment avez-vous abordé ce changement ? Comment avez-vous mis votre Q.A à profit de cette situation ?

    Je lance un défi aux psychologues : à quand un test pour mesurer le Q.A ?

    Article écrit par Florence Blaimont, créatrice et fondatrice du Programme HERO, le coaching de la réussite en 10 étapes : www.programmehero.com

    Inspirations : Darwin et sa théorie de l’évolution, le Q.E selon Daniel Goleman, ma cliente du Programme HERO.

     

     

    Lien permanent Catégories : Florence Blaimont - HERO 0 commentaire
  • Retrouver la confiance en soi


    Capture d’écran 2013-08-11 à 13.27.28.pngLa confiance en soi est certainement l’une des qualités les moins bien partagées. Pourtant, la confiance en soi, ça se travaille. Existe-t-il des trucs ou astuces pour galvaniser cette dernière souvent un peu fainéante chez certaines ?

    Pour le savoir, nous avons fait appel à une spécialiste, notre nouvelle collaboratrice Florence Blaimont, coach & fondatrice du programme HERO. Elle nous livre deux petits exercices pour reprendre confiance en soi, avec douceur et bienveillance.

    Premier exercice : être dans l’action, et prendre des décisions.

    Entraînez-vous à décider tous les jours, prenez-y goût. Si vous avez du mal à prendre des décisions, commencez par prendre de petites décisions, peu impactantes. Au début, cela peut vous sembler difficile, mais je vous assure que plus vous vous exercerez et plus ce sera facile pour vous. Il y a fort à parier, qu’après un certain temps, vous allez adorer!  Vous verrez que décider n’est pas quelque chose de difficile et d’irrévocable.

    Prenez conscience des effets sur le long terme des décisions que vous avez prises dans le passé et mesurez le pouvoir des décisions avec cet exercice.

    Avez-vous décidé de déménager ? De changer de quartier, de ville, de pays ? Peut-être avez-vous un jour décidé d’avoir des enfants ou de ne pas en avoir ? De revoir un ami perdu de vue ? Avez-vous décidé de changer de boîte, de job, de poste ? Avez-vous décidé d’arrêter de fumer ? D’entamer un régime ? Ou de vous mettre au sport ? Quelles conséquences ces décisions ont-elles eues sur votre vie?

    L’exercice de Florence : 

    Prenez 3 décisions aujourd’hui :

    Une qui aura un impact immédiat : par exemple, je prends rendez-vous chez le coiffeur pour prendre soin de mon image et me sentir mieux.
    Une qui aura un impact moyen terme : chaque dimanche,  je lis un livre qui me passionne pendant 30 minutes.
    Une qui aura un impact long terme : cette année, j’économise de l’argent pour suivre une formation de pointe dans un domaine qui m’enthousiasme

    Capture d’écran 2013-08-11 à 13.31.37.pngDeuxième exercice : la visualisation :

    Visualiser est une étape importante du  processus de réussite et de confiance en soi. Visualiser ou pratiquer la visualisation consiste à vous représenter mentalement l'objectif que vous souhaitez réaliser.  Cet outil permet de vous préparer et de vous conditionner à affronter des situations où vous manquez de confiance. Cette technique permet de dépasser tous  les obstacles.

    La visualisation est connue des athlètes de haut niveau depuis bien longtemps. Ceux-ci, avec l’aide de leurs coaches, imaginent et visualisent intérieurement leurs futurs challenges et victoires. Avec la visualisation, vous vous autoprogrammez consciemment au succès et à la réussite!

    L’exercice de Florence : 

    Respirez profondément, détendez-vous et fermez les yeux…retournez dans le passé et tout d’abord, rappelez-vous une situation que vous avez vécue et où vous manquiez totalement de confiance. 

    Que faites-vous ?Où êtes-vous ? Comment est votre visage ? Votre corps ? Quels sont vos gestes ? Comment vous sentez-vous ? Qu’est-ce que vous vous dites ? Imaginez que vous surmontiez la situation ? Que faites-vous ? Comment vous sentez-vous ? Qu’est-ce que vous vous dites ? Où êtes-vous? Et comment vous voyez-vous? Comment vivez-vous cette confiance ? 

    Ancrez cette situation de pleine confiance avec un geste : vous pouvez, par exemple, choisir de toucher votre montre ou le lobe de votre oreille. Ensuite, ouvrez les yeux…  Prenez un instant pour vous. Pour ancrer votre visualisation dans la réalité et le quotidien, refaites le geste de votre confiance à plusieurs reprises.

    Posez sur papier quelques éléments pour vous souvenir en temps voulu de cette visualisation. Pour cela, vous pouvez:

    - Écrire ce que vous avez vu dans votre tête, faire un dessin, un schéma, réaliser un collage, un montage photo, fabriquer un gri-gri, vous représentant dans cette situation de confiance telle que vous l’avez perçue lors de votre visualisation.

    - Déposer ce papier ou gri-gri quelque part où vous pouvez le voir tous les jours… 

    Capture d’écran 2013-08-11 à 13.32.52.pngPour en savoir plus sur la confiance en soi :

    Florence Blaimont - Fondatrice du Programme HERO

    e-business coaching

    www.programmehero.com

    Tel : 0032 497 556 506

    Mail : florence@blaimont.be

    Avenue Louise 480, IT Tower

    1050 Bruxelles

    Lien permanent Catégories : Florence Blaimont - HERO 0 commentaire