Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

alcool

  • Cancer du sein : 34 % de risque en plus pour les fumeuses

    7d9513f1a18cancer.jpgC’est lors du 47è congrès de l’American Society of Clinical Oncology (ASCO), qui s’est tenu en juin à Chicago, qu’ont été révélés les résultats d’une étude sur le lien entre tabac et cancer du sein. Si le tabac était déjà reconnu comme un facteur aggravant, cette étude chiffre pour la première fois les risques, chez les fumeuses ou anciennes fumeuses, de développer un cancer du sein après 60 ans.

    Cette étude, réalisée à l’Université de Pittsburgh, avait pour objet le suivi, durant plusieurs années, de plus de 13 300 femmes. Les résultats nous apprennent notamment que chez les femmes prédisposées, c’est-à-dire celles de plus de 60 ans avec des antécédents personnels ou familiaux de cancer du sein, le risque de développer la maladie augmenterait de 34 % en cas de tabagisme de 15 ans ou plus. Pire, le pourcentage passe à 59 % pour les femmes qui fumaient depuis plus de 35 ans.

    Devant ces résultats alarmants, les auteurs de l’étude rappellent qu’un « tiers des cancers pourrait être évité dans les pays industrialisés grâce à une modification de nos habitudes de vie. C’est-à-dire une alimentation équilibrée et diversifiée ». Il s’agit donc de consommer des fruits et des légumes en quantité, tout en limitant l’alcool et les acides gras trans (friture d’huile, viande de bœuf et de mouton ou encore produits laitiers).

    Idéalement, il faudrait manger 400 g minimum de fruits et légumes par jour, et réduire l’ingestion de viande rouge à 500 g (après cuisson) par semaine. Il convient de compléter cette règle de vie par la pratique quotidienne d’une activité sportive, durant 30 minutes minimum. Bonne nouvelle, il n’est pas nécessaire de faire 30 min. d’affilée. Vous pouvez ainsi fractionner votre activité tout au long de la journée : 10 min. de vélo par-ci, 15 minutes de marche rapide par-là… On y arrive vite !

    Source : http://saint-sein.com/

    Lien permanent Catégories : Le Saint Sein 0 commentaire
  • Le vin rouge – Quels sont les risques pour la santé ?

    article_red_wine.jpgAvouons-le, s'offrir un verre de vin le soir après une journée difficile, ou pas, de travail fait certainement partie des plaisirs de la vie.  Mais, cette habitude ne serait-elle finallement pas plus mauvaise que ce que nous pensons?  Zooom sur les effets du vin sur notre santé et les idées reçues.

    Comment des effets bénéfiques sur la santé ont-ils été associés au vin rouge?

    Cette réputation du vin rouge vient du « paradoxe français ». Dans certaines régions de France, les gens mangent des aliments à forte teneur en gras saturé et ont un taux de tabagisme élevé, tout en ayant un faible taux de maladies cardiovasculaires. Ces personnes boivent également beaucoup de vin rouge. C’est pourquoi des chercheurs se sont demandé s’il n’y avait pas dans le vin rouge des éléments qui protégeaient les Français des maladies cardiovasculaires.

    Le vin rouge tire sa riche couleur de la peau du raisin. La composition de la peau du raisin explique aussi pourquoi le vin est riche en antioxydants, dont certains auraient des effets associés à la prévention de maladies chroniques. Des recherches se poursuivent toujours afin de découvrir si ces antioxydants pourraient jouer un rôle dans la prévention des maladies cardiovasculaires et du cancer.

    Le vin rouge protège-t-il des maladies cardiovasculaires?

    Peut-être. Jusqu’à présent, il n’y a pas eu suffisamment de recherches de qualité sur le sujet pour répondre à cette question. Certains résultats démontrent que les gens qui consomment de l’alcool de manière modérée (et ce, pour tous les types d’alcool, bière, vin ou spiritueux) présentent un risque quelque peu plus faible de développer une maladie cardiovasculaire que les personnes qui ne boivent pas ou qui boivent trop. Il est également reconnu qu’une consommation d’alcool excessive peut augmenter la pression artérielle, ce qui peut provoquer des maladies cardiovasculaires et des accidents vasculaires cérébraux (AVC).

    Des études effectuées sur des animaux ont démontré que les antioxydants présents dans le vin rouge peuvent réduire l’inflammation des vaisseaux sanguins, un des facteurs de risque de maladies cardiovasculaires. Toutefois, il n’y a pas eu suffisamment de recherches faites à ce sujet sur les humains pour conclure que nous pourrions profiter des mêmes effets bénéfiques.

    Le vin rouge prévient-il le cancer?

    La réponse est probablement non. En fait, l’alcool (que ce soit la bière, le vin ou les spiritueux) est plus susceptible d’augmenter les risques de développer certains types de cancer.

    Des chercheurs essaient de découvrir si le vin rouge peut offrir une certaine protection contre le cancer à cause du resvératrol, un antioxydant, qu’il contient. Des études menées sur des animaux ont démontré que le resvératrol ralentit la croissance des cellules cancéreuses. Toutes ces études n'ont toutefois été menées qu'en laboratoire. Il n’est pas prouvé que le resvératrol aurait les mêmes effets sur les humains.

    Heureusement, vous n’êtes pas obligé d'être un buveur de vin pour consommer du resvératrol. Le raisin, le jus de raisin et le jus de canneberge en contiennent également.

    Qu'est-ce qu’une saine consommation de vin rouge?

    Tout comme d’autres aliments ou breuvages, si vous comptez consommer du vin rouge (et d’autres types d’alcool), faites-le avec modération. La Fondation des maladies du cœur et le Centre de toxicomanie et de santé mentale recommandent de limiter la consommation d’alcool à un maximum de 2 boissons standards à toute occasion, jusqu’à 9 consommations standard par semaine pour les femmes, et 14 consommations standard par semaine pour les hommes*.

    Une consommation excessive d’alcool augmente les risques d’hypertension, de taux élevé de triglycérides, de maladies du foie, d’obésité, de maladie mentale, de certains cancers et de bien d’autres maladies.

    * Remarque. Ces directives ne s’appliquent pas aux personnes qui devraient éviter l’alcool, y compris les femmes enceintes et les personnes vivant avec une condition médicale tel qu’une maladie du foie.

    En résumé

    Le vin rouge et les autres boissons alcoolisées ne doivent pas être consommés dans le but de prévenir des maladies chroniques comme les maladies cardiovasculaires et le cancer. Ayez plutôt une saine alimentation, faites de l’exercice quotidiennement et vivez dans un environnement sans fumée. Si vous aimez boire un verre de vin rouge occasionnellement , consommez-le avec modération dans le cadre d’un mode de vie sain.

    Source : le site santé Ontario

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire