Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

q.a

  • Sommes nous tous égaux face à notre Q.A ?

    Capture d’écran 2013-10-04 à 12.35.49.png

    Imaginez un arbre dont les branches se laissent bercer par le vent. Pourriez-vous être cet arbre ? À votre avis, avez-vous un assez bon Q.A pour laisser vos branches vaguer au grès du vent ? Alors, avez-vous un bon Q.A ???

    Heu… un bon Quotient d’adaptabilité ! Vous ne savez pas ? Eh bien heureusement, le Q.A est le sujet que notre coach Florence Blaimont, créatrice et fondatrice du Programme HERO a choisi pour ce nouvel article.

    En quelques mots, non seulement, elle va nous expliquer ce qu’est un Q.A, mais également Q.I, Q.E et Q.P. Mais en plus, à la fin de cet article, elle nous donnera quelques exercices afin d’évaluer notre Q.A ;p

    Les psychologues, coaches et recruteurs usent de ces théories afin de mesurer nos capacités à aborder le Monde : le Q.I, le Q.E et le Q.P. Mais est-ce qu’un bon Q.I, Q.E et Q.P peuvent nous rendre plus heureux ? Qu’en est-il du Q.A ?

    Tout d’abord, je vous propose un tour d’horizon, soyons clairs en matière de Q.I, Q.E et Q.P.

    Le Q.I est le plus connu et répandu d’entre eux : le quotient intellectuel qui se veut mesurer notre capacité a retenir et mettre en application les logiques et concepts théoriques que nous avons appris. Ainsi les tests de Q.I mesurent notre activité intellectuelle et notre « intelligence ». Le concept du Q.I a très vite montré ses limites, car les facultés intellectuelles ne sont pas figées (plus on fait des tests de Q.I et plus le score augmente), ensuite parce que des personnes ayant un bon score de Q.I. ne présentaient pas forcement les caractéristiques des personnalités équilibrées et/ou heureuses. (Même si le concept de bonheur est très vaste et très flou, comprenez bonheur ici comme quelqu’un qui se sent bien dans sa peau et qui s’estime globalement heureux). Les psychologues ont observé que certaines personnes avec un Q.I de 140 (la moyenne étant de 100) pouvaient se trouver en incapacité de travailler ou de fonder des relations durables par exemple… C’est là qu’est intervenu le Q.E.

    Le Q.E, sauveur du Q.I, le quotient émotionnel est selon moi une donnée qui pèse plus lourd dans la balance du bien-être intérieur et social. En effet, il s’agit avec ce genre de test de mesurer notre capacité à exprimer et maîtriser nos émotions, de gérer les conflits, de communiquer avec nous-mêmes et notre entourage. Voici une donnée importante qui rentre dans la ligne de mire du bonheur : nos relations aux autres. Car qui peut se prétendre heureux s’il vit seul dans son petit coin ? Il est évident que nous nous sentons mieux dans notre vie à partir du moment où nous pouvons affronter les conflits et communiquer nos besoins de manière non-violente.

    Quant au Q.P, encore ignoré de la plupart de la population, il représente notre quotient physique. C’est notre santé, notre état physique, la résistance de notre corps, la résistance à la fatigue par exemple. Comment mener à bien les projets qui vous tiennent à cœur avec un Q.P faible ? N’est-il pas plus facile de se lancer comme indépendant, d’être un bon parent avec votre enfant ou d’avoir une bonne relation de couple avec un bon Q.P ? 

    Il est sûr que nos capacités ne sont pas les mêmes les jours où nous sommes en forme et reposés et les jours où nous sommes fiévreux et malade. L’audace par exemple peut varier en fonction du Q.P du moment. Une personne aura moins confiance en elle et moins d’audace si elle a accumulé de la fatigue ou si elle est malade. Le Q.P est donc très important et a une forte influence sur l’état de notre Q.I et Q.E. (essayez de passer un test de Q.I en ayant fait une nuit blanche !!!)

    Capture d’écran 2013-10-04 à 12.33.27.pngC’est là qu’arrive ce qui nous intéresse, le fameux Q.A !

    Je dois la réflexion de ce concept à une cliente qui entame mon programme de coaching pour la deuxième fois (dans deux domaines différents). Nos échanges sont fructueux et enthousiasmants. Lorsque nous avons abordé le concept de Q.I, Q.E et Q.P… Le Q.A s’est révélé compléter ces concepts. Le Q.A, c’est notre capacité à affronter les changements. Comme le vent qui souffle sur un arbre : soit ses branches sont rigides et inflexibles et, ça finit par casser. Soit ses branches sont souples et s’adaptent en surfant sur la vague… Il résiste et survit au souffle du vent.

    Dans la vie que nous menons aujourd’hui, la société (notre boss, notre conjoint, le banquier, même notre psy peut-être ;-), les professeurs de nos enfants,…) ne nous demande plus d’être bon ou satisfaisant. On nous demande un niveau d’excellence. Et ce niveau d’excellence, il me semble, en tant que coach, que nous pouvons tous l’atteindre, à condition de développer un Q.A élevé. Cela ne veut pas dire que nous devons être des superHERO. Cela veut dire aussi qu’on se donne le droit de tomber, de recommencer et d’apprendre de nos erreurs.

    Ce Q.A est justement notre capacité à surmonter les épreuves de la vie, tel le vent dans les branches de l’arbre, à être souple, à danser avec le vent. Le vent peut représenter nos peurs, les obstacles de la vie, les personnes avec lesquelles nos avons du mal à gérer. La capacité à vivre dans le changement et à trouver des manières originales de continuer vers nos objectifs de vie. De faire avec !... Avec le pire et le meilleur !

    Un bon Q.A c’est aussi notre capacité à accepter l’imperfection de la vie et à voir que dans cette imperfection se glissent des challenges parfaitement parfaits pour nous ! Par exemple, lorsque vous vous retrouvez confronté à un client qui vous pose des soucis, ceci est « parfaitement parfait » pour vous. Pourquoi ? Car cela vous donne une occasion de développer vos Q.A, d’expérimenter une évolution.

    S’adapter ne veut pas dire se changer du tout au tout, mais évoluer vers du positif en restant authentique, en restant soi. Je n’ai rien inventé, Darwin l’avait fait avant ma chère cliente et moi-même. Selon lui, les individus qui survivent sont ceux qui s’adaptent au mieux au milieu dans lequel ils vivent et aux changements. Ceux qui ne s’adapteront pas ne survivront pas. Le Q.A, c’est un peu notre « quotient survie ».

    Mais cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut dire oui à tout, ne pas avoir ni mettre de limites dans une relation et être toujours d’accord avec tout le monde… Le Q.A ne veut pas dire faire l’autruche ou essayer de se convaincre que nous vivons au pays des bisounours alors que tout le monde sait que c’est faux. Mais, c’est en pleine conscience, décider de quelle évolution nous voulons prendre et de notre manière d’aborder les changements alias notre « meilleur ami-ennemi » le vent de la vie qui se transforme parfois en tornade.

    Comme dirait le Dalaï-Lama : « La seule chose qui ne change pas est que tout est en perpétuel changement. » Étant donné que le Q.A nous permet d’aborder les changements plus facilement et sereinement, serait-il l’ingrédient indispensable au bonheur ?

    BLAIMONT_Florence_MRS0647 (1).jpgPour exercer votre Q.A, il n’y a Q.A’essayer… 

    Sans blague, voici deux exercices qui vont vous aider à muscler votre Q.A.

    L’exercice du coach :

    — Evaluez votre Q.A sur une échelle de 0 à 10 et imaginez aujourd’hui, quel genre de personne seriez-vous avec un Q.A de 10/10 ?

    — Repensez à un changement que vos avez vécu récemment : comment avez-vous abordé ce changement ? Comment avez-vous mis votre Q.A à profit de cette situation ?

    Je lance un défi aux psychologues : à quand un test pour mesurer le Q.A ?

    Article écrit par Florence Blaimont, créatrice et fondatrice du Programme HERO, le coaching de la réussite en 10 étapes : www.programmehero.com

    Inspirations : Darwin et sa théorie de l’évolution, le Q.E selon Daniel Goleman, ma cliente du Programme HERO.

     

     

    Lien permanent Catégories : Florence Blaimont - HERO 0 commentaire