Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

santé

  • NEW : « Life & Celebration »

    yoga, danse, bien-être, santé

    « Life & Celebration » est un nouveau concept bruxellois organisé un dimanche par mois et dont My Beauty blog a le plaisir d'être partenaire. L’idée est simple, dorénavant on s’éclate en prenant soin de soi les dimanches matin avec pour commencer une initiation au Hatha Yoga basée sur les saisons du Yoga (Barbara Litzler) et donnée par Geneviève Kreilmann (Jnaneswari Yoga).

    L’expérience vous emmène ensuite, entre smoothies et jus détox à la spiruline, dans une immersion musicale orchestrée par un live DJ et menée par un danseur professionnel et son équipe, Brahim Rachiki, pour 1h30 de danse non-stop. Une heure trente de pure folie durant laquelle vous aurez l’occasion de vous débarrasser de toutes vos frustrations du mois précédant, mais également de vous réénergiser, de vous reconnecter à vous-même, et surtout, et avant tout, de vous faire plaisir. Une façon de faire du sport et des rencontres autrement, avec légèreté et convivialité.

    « Life & Celebration »  s’adresse à tout le monde, vous venez comme vous le souhaitez, en tenue sportive, décontracte ou mode clubbing, qu’importe, du moment que vous vous sentiez bien et que le plaisir soit de la partie.

    Plus d'infos sur : www.facebook.com/pages/Life-Celebration/

    Lien permanent Catégories : Life & Celebration 0 commentaire
  • Yeeaaappp, my Beauty blog est de retour…

    Martine Fallon, santé, bien-être, cuisine, énergieHello tout le monde, ça y est My Beauty blog est de retour, avec plein de projets et de nouvelles collaborations. Au programme cette année, on se remet au sport (si, si), et là pour le coup on dit déjà merci à l’Aspria qui nous offre l’opportunité de tester ses 3 espaces de remise en forme pendant 6 mois. On se réjouit déjà de lire les articles de Florence Blaimont Callens sur l’estime de soi. Eh oui, cette coach reconnue dans le milieu aura pour mission de nous re booster le moral et notre estime, on lui souhaite d’avance bonne chance.

    Et on commence tout de suite avec une collaboration qui me tenait particulièrement à cœur, celle de My Beauty blog avec Martine Fallon. Alors je sais, j’anticipe déjà certains commentaires où l’on risque de me reprocher de viser la croisière détox que propose Martine Fallon sur son voilier, j’avoue que je ne serais pas contre (en même temps faudrait être dingue !!), ou tout simplement de copinage… je peux comprendre.

    Mais pour être tout à fait sincère, mon histoire avec Martine Fallon date d’un peu plus longtemps, de quasiment 8 ans pour être tout à fait précise. En effet, à cette époque-là, je venais d’être maman. Eh oui, pour ceux qui ne le sauraient pas, je ne suis pas seulement blogueuse beauté, je suis également, et surtout maman d’un petit garçon de 8 ans qui s’appelle Bô et qui m’offre tous les bonheurs du monde. Je sais, souvent je me dis que j’ai de la chance, sauf que ça n’a pas toujours été le cas. Après l’arrivée de mon fils dans ma vie, j’ai fait une très grosse dépression, un bon vrai baby blues comme il se doit.

    Martine Fallon, santé, bien-être, cuisine, énergieÉpuisée, l’accouchement avait été difficile, et Bô ne dormait pas beaucoup à l’époque, mais aussi particulièrement mal dans ma peau - ben oui, j’avais quand même pris plus de 30 kg pendant ma grossesse, autant dire qu’après l’accouchement il en restait - un jour, je suis tombée par hasard sur la livre « Ma cuisine énergie » — 80 recettes gourmandes pour devenir beau, drôle, mince, audacieux et intelligent !! Autant dire que j’ai été tout de suite inspirée par le discours de Martine Fallon, que je découvrais alors pour la première fois. Motivée, j’ai donc acheté le bouquin… et mon histoire avec Martine Fallon s’est arrêtée là…

    En cause, certainement mon éducation. Ben oui, chez nous, un repas sain ça se compose de trois aliments : une viande, un légume et un féculent, ce qui n’est déjà pas le cas chez Martine Fallon. Mais pas seulement, pour être tout à fait sincère, à l’époque, je n’y comprenais rien à ce bouquin. On y parle de détox, de brunoise, de graines de sésame, d’algues de Kombu (oui, oui, vous avez bien lu), d’émulsion d’huitres, de feuilles de lime ou de kafir, de pains de fleurs, ou encore de pain à l’épeautre, ou de rapadura et de purée d’amandes blanches. Je ne vous parle même pas des Oléagineux…

    Autant vous dire, que moi qui ai été élevée à la saucisse compote frite, ce vocabulaire a eu vite fait de me décourager. Et puis ensuite, j’avoue, dès qu’il y a plus de 3 aliments dans une recette, ben moi je panique, or justement chez Martine Fallon, on aime les bons mélanges d’épices et de légumes frais, et on peut facilement trouver plus d’une dizaine d’aliments par recette. J’ai donc rapidement lâché l’affaire. 

    Martine Fallon, santé, bien-être, cuisine, énergieMais ça, c’était avant !! En effet, après 8 ans durant lesquels, chaque jour le petit livre vert de la cuisine énergie m’a nargué du haut de la pile des livres de cuisine, me rappelant à quel point je n’étais pas dans le bon, j’ai pris mon courage à deux mains pour afin " enfin" appeler l’attachée de presse de Martin Fallon afin de lui proposer un deal. Un partenariat avec My Beauty blog qui me permettrait d'enfin dompter la bête, et pour le coup, ce deal a été vraiment concluant pour moi. Deux jours après ma demande, Martine Fallon a la gentillesse de m’inviter à un séjour de 4 jours détox à Bouillon, 4 jours durant lesquels j’ai pu voir Martine cuisiner tous ces trucs que je ne connaissais pas.

    Alors, si les deux premiers jours ont été un peu difficile pour moi, trop d’infos, j’avais vraiment du mal à suivre. Les deux suivants m’ont permis enfin d’intégrer tout doucement les bons aliments à avoir chez soi, les bons réflexes à prendre, et m’ont surtout confirmé que Martine était de toute évidence dans le bon (elle). En tout cas son discours est bien ficelé et sa vision sur le monde et sur notre façon de consommer me semble loin d’être mauvaise, je la trouve même plutôt pertinente (même si des fois flippante).

    Martine Fallon, santé, bien-être, cuisine, énergieC’est donc pour toutes ses raisons que je vous annonce avec grand plaisir ce nouveau partenariat. L’idée est que vous m’accompagniez dans cette nouvelle aventure, à notre rythme, et que petit à petit nous apprenions à changer nos habitudes, non seulement pour notre bien-être, mais également, et surtout, pour celui de nos enfants de notre planète.

    Et puis en plus bonne nouvelle, sincèrement, la cuisine de Martine Fallon est tout simplement délicieuse, ce qui ne gâche rien !!

    Pour mieux connaître Martine Fallon, c'est par ici : www.martinefallon.com

    Je vous invite également à Liker à la page Facebook de Martine Fallon, plutôt bien faite, on y trouve plein d'informations, et de chouettes recettes : www.facebook.com/CuisineDeLenergie

    Enjoy !!

    Lien permanent Catégories : Martine Fallon 0 commentaire
  • A la découverte de l'entraînement fonctionnel

     

    1566069691.jpgHier, j'ai eu l'opportunité d'assister à un cours de sport assez atypique, l’entraînement fonctionnel, que propose l'Aspria Club.  Et bien je dois avouer que je n'ai pas été déçue de mon déplacement. 

    Ce nouveau style d'entraînement se déroule dans une salle "verte" (super verte, j'insiste sur ce vert, car sincèrement, je n'ai jamais vu un espace aussi vert en fait, limite je pense y retourner avec des lunettes de soleil la prochaine fois) dans laquelle on peut y trouver toute une série d'accessoires de sport.

    Le cours comporte plusieurs séries d'exercices et de mouvements qui permettent de renforcer les muscles que nous sollicitons le plus souvent.FitProViPR.gif Les séries d'exercices ne sont jamais fort longues, pas plus de 5 mn et se succèdent pendant une heure.  On y travaille les abdos grâce aux swissballs, on s'amuse à faire des exercices tout en gardant l'équilibre avec des "TRX", système de sangles qui permettent d'associer l’effort lié au poids du corps suspendu à la résistance des sangles attachées en hauteur. On lance, on tire, on roule, on déplace le ViPR, ce tube en caoutchouc pesant entre 4 & 15 kg.  Bref on n'arrête pas, l'ambiance y est assez sympa, la structure de l'Aspria Club relativement agréable, il faut l'admettre.

    Seul petit couac, j'ai quand même cru mourir avant la fin du cours et je n'arrive plus à marcher depuis ce matin, mais au final j'ai été relativement séduite par cette nouvelle façon de faire du sport, ludique et agréable.

    Découvrez les cours de l'entraînement fonctionnel à l'Aspria Club.

     

    Lien permanent Catégories : Aspria 0 commentaire
  • Astuce détox : la pomme !!

    Capture d’écran 2013-01-06 à 14.20.58.png

    L’astuce détox du jour : la pomme. Eh oui, avec ses 80Kcal, ce fruit équilibré par excellence contient de fibres, des antioxydants, des vertus diurétiques (si, si) et favorise le taux de cholestérol. Idéalement à manger avant le repas pour son effet de satiété.

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • En mode Détox


    détox,citron,santé,foie

    Les fêtes passées, on a toutes envie de se débarrasser des traces de nos excès. Et si vous optiez pour une petite détox matinale ? Au menu : un jus de citron bio dans un verre d’eau tiède tous les matins  30 mn avant le petit déjeuner.

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • Entraînement, préparez-vous pour les sports d'hiver !

    belle-au-ski-les-soins-a-emporter-dans-son-sac-4127508ibhnd_1933.jpgVous prévoyez de partir au sport d'hiver, nickel !! Mais attention, pas question de partir sans un minimum d'entraînement, le ski et le surf sont des sports intensifs à ne pas prendre à la légère (sauf si vous skiez comme moi, c-à-d assise sur une terrasse au soleil, avec une couverture sur les jambes et verre de vin chaud à la main).

    Heureusement, les experts de l’Aspria Club vous ont préparé un programme d’entraînement spécial sport d’hiver.

    Voici leurs conseils …

    Voiture, bureau, canapé, lit … Puis là tout d’un coup vous partez aux sports d’hiver et imposez un changement radical à votre corps ! Ce passage brutal d’une vie sédentaire à un effort physique intensif doit se préparer. Vous éviterez les petites et grosses blessures et profiterez pleinement de votre séjour à la neige.  Réveillez vos muscles, mobilisez vos articulations et préparez votre système cardio-vasculaire et pulmonaire en suivant un entraînement adapté et progressif.

    L’endurance :

    La fatigue est le premier signal d'alarme que peut avoir un skieur. Dans ces moments-là, vous perdez votre concentration, votre vigilance diminue et le risque d’accident augmente. Au plus tard 8 semaines avant votre départ, commencez par vous remettre en forme avec des activités physiques d’endurance. La course à pied et le vélo sont les activités idéales, d’autant plus qu’elles peuvent être pratiquées en salle ou à l’extérieur. Il vaut mieux débuter en douceur et augmenter progressivement la fréquence et l’intensité de vos entraînements. Faites un effort soutenu sans gêne respiratoire, de 30 minutes à 1 heure, 2 à 3 fois par semaine.

    Maxime Swennen, expert fitness de l’Aspria Club, vous conseille de débuter avec le programme continu. Par la suite, pour rompre avec la monotonie du travail d’endurance, vous pouvez varier vos programmes. Le continu : de 30 minutes à 1 heure d’effort continu à vitesse modérée. Les intervalles courts : travailler avec une alternance de 2’ rapides et 2’ lentes. Quel que soit votre niveau, n’oubliez pas les règles de base : débutez vos programmes par un échauffement, ménagez-vous des périodes de récupération, buvez de l’eau pendant l’effort et n’oubliez pas de terminer par des étirements.

    L’entraînement musculaire :femme-ski-170425_L.jpg

    Associez à ces activités d’endurance des exercices de renforcement musculaire global. Voici un circuit de 5 exercices à enchaîner de 2 à 6 fois. Octroyez-vous un temps de récupération de 30 secondes entre les exercices et de 2 minutes entre les circuits.
    Après 4 semaines de mise en condition physique générale, les entraînements deviennent plus spécifiques. L’objectif est de travailler davantage la stabilité. Les activités d'endurance sont maintenues.

    L’entraînement musculaire global :

    Exercice 1: squat. L'exercice s'effectue debout, le dos bien droit et les pieds et cuisses légèrement écartés. Pliez les jambes, comme pour vous asseoir, puis remonter à la position initiale en expirant. Dans la position basse, vos cuisses ne doivent pas dépasser l'horizontale. Effectuez des séries de 15 à 20 mouvements.

    Exercice 2: forward lunge. L'exercice s'effectue debout, les bras le long du corps et les pieds légèrement écartés. Faites un pas en avant, en plaçant un genou au sol, puis revenez à la position initiale en expirant. Effectuez des séries de 15 à 20 mouvements.

    Exercice 3: pompage. L'exercice s'effectue contre un mur ou au sol pour plus de difficultés. Placez-vous sur la pointe des pieds, légèrement écartés. Le corps droit, les bras tendus sur les mains bien à plat. Pliez les bras en inspirant, soufflez en poussant sur les bras. Effectuez des séries de 10 à 15 mouvements.

    Exercice 4: planche. L'exercice s'effectue au sol. Placez-vous sur les avant-bras, les paumes à plat sur le sol. Placez-vous sur la pointe des pieds, tout en gardant le dos droit (une ligne droite de la tête aux talons doit pouvoir être tracée). Serrez vos abdominaux. Maintenez la position pendant 20 à 60 secondes.


    4175118-jeune-femme-en-ski-de-lunettes-de-soleil.jpgL’entraînement musculaire spécifique :

    Exercice 1: chaise. L'exercice s'effectue « assis », le dos bien droit appuyé contre un mur. Pliez les jambes à angle droit, comme pour vous asseoir, puis maintenez la position 45 secondes. Effectuez des séries de 2 mouvements.

    Exercice 2 : fente avant sur Bosu®. Pour cet exercice, vous avez besoin de Bosu®. L'exercice s'effectue debout, les bras le long du corps et les pieds légèrement écartés. Faites un pas en avant et placez votre pied sur un Bosu®, descendez le genou puis revenez à la position initiale en expirant. Maintenez votre torse bien droit et les abdominaux gainés. Cet exercice est excellent pour travailler la stabilité. Effectuez des séries de 10 mouvements.

    Exercice 3 : répulsion triceps. Pour cet exercice, vous avez besoin d’une table bien stable. Placez-vous dos à la table, les mains appuyées sur le bord de la table, les bras tendus et les pieds au sol. Fléchissez vos coudes. Le mouvement s'effectue en poussant sur vos avant-bras pour tendre vos bras. Effectuez des séries de 10 mouvements.

    Exercice 4 : sauts latéraux. Pour cet exercice, vous avez besoin d’une corde tendue au sol. Placez-vous à côté de la corde. Faites un saut latéral les pieds joints. Lorsque vos pieds touchent le sol, maintenez la position du squat durant 2 secondes puis faites à nouveau un saut latéral. Effectuez des séries de 10 mouvements.

    Voici un programme soutenu et progressif. Avec un tout petit peu de rigueur, vous allez pouvoir pleinement profiter de votre semaine aux sports d’hiver !

    Ces conseils vous sont offerts par L'Aspria Club, découvrez leur site ici. Les membres de l’Aspria Club peuvent bénéficier de ce programme gratuitement. Les experts fitness sont là pour les conseiller et adapter le programme à leurs besoins spécifiques.

    Lien permanent Catégories : Aspria 1 commentaire
  • Le yoga, qu’est-ce que c’est?

    yoga, santé

    Le yoga est relativement récent dans le paysage occidental, mais il y est fort bien établi. On peut suivre des cours dans des centres de loisirs et des cliniques de santé, tant en région que dans les métropoles – des cours qui s'adressent aux enfants, aux personnes âgées, aux gens stressés, aux bien portants, aux femmes enceintes, aux athlètes...

    C'est que le yoga possède des caractéristiques qui conviennent à plusieurs. Les cours se font généralement en groupe, dans un contexte sécuritaire et non compétitif. Le yoga n'exige pas de compétences particulières. Il facilite presque instantanément la détente mentale et musculaire. À moyen terme, il développe la souplesse et aide à soigner plusieurs problèmes musculosquelettiques. Une pratique régulière semble permettre de soulager des problèmes de santé sérieux et favoriser une meilleure santé générale.

    Une partie d'un tout

    yoga, santéÉlaboré en Inde au fil de plusieurs millénaires, le yoga (dans son sens large) est une vaste méthode de développement personnel et une science de la pratique spirituelle. Il comprend plusieurs dimensions, dont les principales sont les suivantes.

        * La dévotion (bhakti yoga)
        * L'action juste (karma yoga)
        * La connaissance (jnana yoga)
        * La santé et la concentration par l'hygiène de vie et les postures (hatha-yoga)

    Les cours de yoga affichés sur les babillards et dans les journaux concernent le plus souvent cette dernière dimension, le hatha-yoga. Son rôle, dans la voie spirituelle traditionnelle, est de discipliner l'esprit et de garder le corps dans un état de santé optimal afin que la personne puisse méditer mieux et plus longtemps.

    Les outils du hatha-yoga sont les exercices respiratoires (une pratique appelée pranayama) et plus de 1 000 postures (appelées asanas). Ces dernières portent souvent des noms évocateurs – l'arbre, la charrue, l'arc, le cobra, etc. – et leur degré de difficulté est progressif. La célèbre posture du lotus (jambes croisées) qu'adoptent de nombreux méditants provient du yoga.

    Les postures exigent des mouvements d'étirement, de flexion et de torsion qui favorisent la flexibilité de la colonne vertébrale, sollicitent les articulations, les nerfs et les muscles, et exercent une action sur tous les organes et les glandes. Le système digestif s'en trouve stimulé, et la circulation sanguine améliorée. De plus, maintenir une posture pendant un certain temps entraîne l'esprit à développer persévérance et concentration, et lui procure les bénéfices de la méditation.

    Quant aux techniques respiratoires, elles demandent, par exemple, d’être particulièrement attentif, d'inspirer très lentement ou encore par à-coups, d'alterner de narine, de placer la langue de certaines manières, etc. Selon l'ayurveda (médecine traditionnelle indienne), la vie d'un être humain ne se mesure pas en jours, mais en nombre de respirations... L'objectif ultime des techniques respiratoires est de développer et de contrôler le prana, la «force vitale».

    Le yoga affirme qu'un corps sain est absolument essentiel pour l'évolution mentale et spirituelle.

    Comme disent les yogis :

     "La santé, c'est la richesse. La paix mentale, c'est le bonheur. Le yoga montre le chemin."

    yoga, santéLes couleurs du yoga

    Même si les postures classiques ont fait leurs preuves et demeurent les mêmes depuis des millénaires, le hatha-yoga continue d'évoluer et a pris différentes formes, surtout au cours du XXe siècle. Chacun des styles de yoga combine les postures, les exercices respiratoires et la méditation d'une façon plus ou moins énergique ou douce, animée ou calme. Voici les plus courants en Occident.

    Anusara. Une nouvelle forme de yoga créée en 1997 par John Friend. Elle s’est rapidement popularisée et est aujourd’hui présente dans 70 pays. Sa philosophie de base est de célébrer le coeur et de voir le bon dans chaque personne et chaque chose.

    Ashtanga. Caractérisé par la synchronisation de la respiration avec des enchaînements rapides de postures de plus en plus exigeantes. Cela élève considérablement le métabolisme et la température corporelle. Excellent pour l'endurance. Aux États-Unis, on en a conçu une forme particulièrement dynamique appelée Power Yoga.

    Intégral. Conçu aux États-Unis dans les années 1960, il propose une intégration équilibrée des postures, de la respiration, de la méditation et de la relaxation. (Ne pas confondre avec l'approche spirituelle de Sri Aurobindo, appelée également yoga intégral.)

    Iyengar. Cours disciplinés et rigoureux où l'on insiste sur l'alignement des membres et, surtout, de la colonne vertébrale; très orienté vers la santé. Aucune connotation spirituelle, mais l'aspect méditatif est présent.

    Kripalu. Une danse du corps, de l'esprit et de l'énergie, avec une insistance sur les techniques respiratoires. Favoriserait particulièrement les systèmes cardiovasculaire, digestif et nerveux.

    Kundalini. Vise avant tout à éveiller la kundalini, l'énergie originelle curative. L’approche travaille sur la conscience méditative à travers des enchaînements de postures.

    Sivananda ou Vedanta. Les cours sont donnés par l'organisation Sivananda, dans ses propres centres. On insiste sur la pensée positive, la méditation, la respiration, la relaxation et l'alimentation. Aspect spirituel très présent.

    Sudarshan Kriya. Cette forme de yoga a été créée par Sri Sri Ravi Shankar au début des années 1980. Aujourd’hui présente dans plus de 140 pays, elle mise fortement sur la respiration pour rééquilibrer le corps et l’esprit.

    Viniyoga. Se caractérise par l'intégration du mouvement à la respiration et par un enseignement personnalisé qui s'adapte à chaque individu.

    yoga, santéQuant au yoga prénatal, il s'agit de cours orientés sur les besoins spécifiques des femmes enceintes. L'instructeur choisit alors certains exercices (posturaux et respiratoires) pour aider celles-ci à surmonter les difficultés liées à la grossesse, faciliter les étapes de l'accouchement et favoriser le retour à l'équilibre corporel après la naissance. Les instructeurs peuvent avoir pratiqué dans l'un ou l'autre des mouvements cités plus haut.

    Mentionnons aussi le yoga tibétain, qui se pratique à l'aide de ceintures ou sangles pour maintenir le corps dans certaines postures et qui favoriserait particulièrement la relaxation.

    De nouvelles couleurs

    Le yoga perd de plus en plus sa connotation ésotérique. Ainsi, de nombreuses écoles offrent désormais des cours en entreprise. Après le travail ou à l’heure du lunch, des gens d’affaires relâchent leur cravate et des travailleurs brisent leur routine. Ils se réunissent autour d’un professeur pour leur séance hebdomadaire de yoga. On a aussi vu surgir de nouvelles formes de yoga, comme le Bikram1, qui se pratique dans une salle chauffée à plus de 40° C. Certains puristes y voient une dilution du caractère sacré de la pratique originale. D’autres croient qu’il s’agit d’une porte d’entrée intéressante vers une discipline qui ne peut que faire du bien.
    Pour tous

    Bien que le yoga s’inscrive, à la base, dans une pratique spirituelle, le hatha-yoga n'est pas une religion et peut être utilisé par n’importe quel individu, peu importe ses croyances, comme outil de santé et de guérison. Dans certains contextes, comme les cliniques de santé, les cours sont complètement dénués de références religieuses.

    yoga, santéAux Occidentaux qui affirment que les postures de yoga leur sont beaucoup plus difficiles qu'aux Orientaux, le maître Iyengar réplique toujours : «Existe-t-il un cancer britannique, un cancer italien et un cancer indien? Les souffrances humaines sont les mêmes, que l'on soit Indien ou Occidental. Les maladies sont communes à tous les êtres humains, et le yoga nous est donné pour guérir ces maladies.»

    Applications thérapeutiques du yoga

    Comme la pratique régulière du yoga entraîne des changements de différents ordres et peut améliorer, à long terme, la santé globale, il est difficile d'en isoler clairement les bénéfices précis. Par ailleurs, les protocoles de recherche évaluant les bénéfices du yoga sont difficiles à mettre en place parce que, par exemple, il est difficile d’obliger quelqu'un à faire du « faux yoga » (placebo) 1 heure par jour pendant 2 ans. Des études ont tout de même été menées, dont voici les principaux résultats.

    Efficacité probable : Contribuer au traitement de l'asthme. Le yoga pourrait contribuer à abaisser la consommation de médicaments chez les asthmatiques de tous âges. Il améliorerait aussi leur qualité de vie, tant sur le plan psychologique (bonne humeur, attitude positive, confiance en soi, etc.) que physiologique (détente musculaire, souplesse et force des articulations, santé cardiorespiratoire, etc.)2-15. Comme l’innocuité du yoga est bien établie, sa pratique semble une intervention thérapeutique intéressante et peu coûteuse pouvant être utilisée comme adjuvant à la thérapie traditionnelle en cas d’asthme16.

    Efficacité probable : Lutter contre le stress et l'anxiété. D’après les résultats d’essais ouverts portant sur des sujets en santé, le yoga influence positivement les niveaux d’anxiété et de stress et l’état de bien-être42-44. Deux essais cliniques menés auprès d’étudiants en médecine ont révélé que la pratique du yoga pouvait diminuer le niveau de stress et améliorer le mieux-être des étudiants45, diminuer l'anxiété en période d'examens et améliorer les résultats scolaires46. Une autre étude réalisée auprès de musiciens a montré que le yoga pouvait diminuer l’anxiété liée à la performance musicale, ainsi que l’anxiété en général, la dépression et la colère47.

    Efficacité probable : Améliorer la qualité du sommeil. Quelques études scientifiques portant spécifiquement sur les effets du yoga sur le sommeil ont été publiées. Une étude préliminaire a révélé que la pratique du yoga améliorerait la qualité du sommeil des sujets souffrant d’insomnie chronique49. D’autres études50-52, portant sur des personnes âgées, indiquent que la pratique du yoga aurait un effet positif sur leur qualité de sommeil, sur le temps d’endormissement et sur le nombre total d’heures de sommeil.

    Efficacité possible : Contribuer au traitement de la dépression. Une synthèse de 8 études aléatoires visant à évaluer l’efficacité de la pratique de différentes formes de yoga dans le traitement de la dépression a été publiée en 201074. Tous les essais rapportaient des effets positifs du yoga sur les symptômes de dépression. Les auteurs concluent que le yoga semble une approche intéressante et innovatrice en ce domaine. Ils soulignent toutefois que la qualité des protocoles est insuffisante pour tirer une conclusion définitive.

    Efficacité probable : Améliorer la qualité de vie relativement au cancer. Depuis 2009, de nombreuses publications scientifiques53-57 et une synthèse systématique de la littérature scientifique58 ont été publiées. Leur objectif était d’évaluer l’efficacité du yoga chez les patients cancéreux ou survivants du cancer. Elles concluent que la pratique du yoga est bien tolérée dans cette population et que le yoga engendre plusieurs effets positifs quant à la qualité du sommeil, de l’humeur, des niveaux d’anxiété, de dépression, de fatigue, et de gestion de stress.

    Efficacité possible : Améliorer la capacité pulmonaire et cardiorespiratoire. Les résultats de plusieurs publications montrent que la pratique du yoga permet d'améliorer, chez des sujets normaux, les fonctions pulmonaire et cardiorespiratoire et la performance à l’exercice30,59-70. En 2009, 2 petites études cliniques ont montré que le yoga améliore la respiration (plus profonde et plus lente) ainsi que de la capacité fonctionnelle des patients souffrant de maladies pulmonaires obstructives chroniques (MPOC)71,72.

    Efficacité possible : Contribuer au traitement des troubles musculosquelettiques. Les résultats d'essais cliniques menés auprès de sujets sains76 et de patients souffrant de divers troubles musculosquelettiques70,77 révèlent que les techniques yogiques peuvent contribuer à améliorer plusieurs aspects de ces affections, notamment l'arthrose des mains78 et des genoux79 et l'arthrite rhumatoïde80,81. En ce qui concerne la lombalgie chronique (mal de dos), quelques études ont été publiées au cours des dernières années82-84. Elles indiquent entre autres que la pratique du yoga réduirait de manière significative l’intensité de la douleur, le degré d’incapacité fonctionnelle et l’usage de médicaments antidouleur. Un seul essai clinique a évalué les effets du yoga sur les symptômes du syndrome du canal carpien85,86. La pratique du yoga soulagerait la douleur liée à cette affection.

    Efficacité incertaine : Améliorer la mémoire et les facultés cognitives. Quelques études laissent entendre que le yoga contribuerait à améliorer la mémoire spatiale87,88 et les fonctions cognitives89 des adolescents. Il pourrait aussi améliorer le quotient intellectuel (QI) des enfants atteints de déficience mentale et influer favorablement sur leurs capacités d'adaptation sociale90.

    Efficacité incertaine : Contribuer au traitement des toxicomanies. Bien que le yoga soit couramment employé en Inde comme intervention de soutien dans les cures de désintoxication91, peu d'essais cliniques ont été menés pour démontrer son efficacité en la matière. Dans un essai aléatoire mené auprès de 61 toxicomanes traités à la méthadone (succédané synthétique de la morphine) et comparant les effets du yoga à ceux d'une psychothérapie de groupe classique, on a pu observer que les deux interventions étaient aussi efficaces l'une que l'autre pour réduire la consommation de drogues92.

    Source : www.passeportsante.net

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • L’aluminium, réel poison ?


    une-canette-d-aluminium.jpgTous les jours, nous en mangeons. L’usage de récipients pour conserver ou chauffer des boissons ou aliments acides est à éviter plus que tout. A en croire un documentaire prochainement diffusé sur une chaîne française (voir ci-contre), l’aluminium, omniprésent dans notre environnement, serait un poison quotidien. Eclairage avec le Pr Alferd Bernard, toxicologue et directeur de recherche au FNRS.

    Que dire de l’énumération de produits et aliments contenant ce “poison”?

    Il y a bien sûr un peu de propagande et il est de bon ton de faire l’impasse sur les sources naturelles très riches comme le cacao, le thé, les champignons, les épices… lesquels peuvent contenir des concentrations plus élevées que des produits comportant des additifs. Les quantités ingérées via l’alimentation sont connues et seul un faible pourcentage de la population dépasse la PTWI (provisional tolerable weekly intake ou dose hebdomadaire tolérable recommandée) de 1 mg/kg. Pour ce qui est de l’absorption via les cosmétiques, elle est négligeable. Il ne faut donc pas tout mélanger car la voie d’exposition est déterminante et seule la voie orale (ou l’injection pour les vaccins) est significative. Tout l’exercice consiste à voir si la source d’exposition incriminée est significative par rapport à l’exposition naturelle, laquelle est inévitablement de quelques mg par jour par voie orale. L’aluminium est en effet naturellement présent dans tout ce qui nous entoure et ce que nous mangeons. Mais heureusement, il reste très faiblement absorbé par voie orale. La nouvelle PTWI vise précisément à réduire les apports alimentaires non naturels liés aux additifs.

    Dans quelle mesure faut-il s’inquiéter ?

    Je pense qu’il ne faut pas s’inquiéter au sujet de l’aluminium naturellement présent dans les aliments, ni non plus pour les produits à base d’aluminium appliqués sur la peau qui ne sont pratiquement pas absorbés. Là où il faut être plus prudent, c’est au niveau des sources non naturelles de contamination de l’alimentation et l’eau potable car il peut s’agir de doses plus élevées et surtout de formes d’aluminium plus facilement absorbées. Ces sources sont pour l’essentiel les contenants et ustensiles de cuisine en aluminium, les additifs alimentaires à base d’aluminium et les sels d’aluminium utilisés comme floculant dans le traitement de certaines eaux potables.

    A partir de quelle dose est-ce dangereux ?

    En 2008, le Comité d’experts FAO/OMS sur les additifs alimentaires a réduit de façon drastique la dose hebdomadaire tolérable pour l’aluminium qui est passée de 7 à 1 mg par kg et ce afin de tenir compte des nouvelles avancées concernant les effets toxiques de ce métal. Cette dose correspond pour un adulte à environ 10 mg d’aluminium par jour, ce qui est approximativement le double de notre exposition à l’aluminium naturellement présent dans l’alimentation. Il faut en effet savoir que l’aluminium est inévitable dans l’alimentation puisque c’est le troisième élément le plus abondant de notre planète. Cette dose tolérable a été établie à partir des données chez l’animal moyennant l’application d’un facteur de sécurité de 100 car à ce stade il n’existe aucune donnée chez l’homme permettant de définir pour l’alimentation ou l’eau potable un seuil à partir duquel il y aurait un risque. L’absorption intestinale de l’aluminium étant très faible, on pense que si l’aluminium dans l’alimentation ou l’eau potable comporte un risque, cela doit être dans des conditions très particulières qui faciliteraient l’absorption et l’accumulation du métal. Parmi ces conditions, il y a la forme physico-chimique de l’aluminium, l’insuffisance rénale et peut-être certaines déficiences en oligo-éléments. Cela bien sûr ne dispense pas de certaines mesures de précaution pour les sources non naturelles d’aluminium.

    aluminium,santé,alimentation,poisonQuelle toxicité les études scientifiques ont-elles démontré ?

    Chez l’homme, il s’agit d’une neurotoxicité liée à l’accumulation de l’aluminium dans le cerveau. Cette neurotoxicité a été décrite il y a plus de trente ans chez les insuffisants rénaux en hémodialyse qui développaient des troubles cognitifs, voire une certaine forme de démence. Puis, il y a cette hypothèse d’un lien avec la maladie d’Alzheimer proposée il y a plus de trente ans. Autrefois très critiquée, cette hypothèse apparaît à présent plus plausible au regard des nouvelles études mécanistiques et épidémiologiques. On sait à présent que l’aluminium plus que les autres métaux peut faciliter l’agrégation et l’accumulation de la protéine amyloïde à l’origine de cette maladie dégénérative. Quant aux études épidémiologiques, elles confirment de façon assez concordante l’existence d’associations entre l’aluminium dans l’eau potable et la prévalence de la maladie d’Alzheimer. La difficulté avec ces études, c’est que l’eau potable représente moins de 10 % de notre apport en aluminium, ce qui suggère que d’autres facteurs doivent intervenir. On songe par exemple à des facteurs liés à l’absorption de l’aluminium. Une possibilité suggérée par le fait que le silicium qui réduit l’absorption de l’aluminium semble exercer un effet protecteur.

    Que faut-il éviter à tout prix ? Emballer les aliments dans l’aluminium ?

    Ce qu’il faut surtout éviter, c’est l’usage de récipients pour conserver ou chauffer des boissons ou aliments acides comme les jus de fruits, potages, compotes, yaourt,… Seule cette pratique est vraiment susceptible de libérer des quantités d’aluminium qui sont significatives par rapport à la teneur normale de l’aliment. Les quantités d’aluminium pouvant migrer à partir des emballages sont en revanche tout à fait négligeables. Quant aux canettes en aluminium, elles sont protégées par un film en plastique afin d’empêcher la migration du métal. Dans certaines régions, il est prudent de vérifier que l’eau du robinet est bien conforme avec une concentration inférieure à 200 µg/l.

    ENTRETIEN LAURENCE DARDENNE © La Libre Belgique 2012 - Lire également : BioSignature : éliminer le bisphénol A de notre alimentation

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • I ♥ l’eau Mont Roucous

    eau, minéral, mont roucous, santé, femmes enceintes, bébéHello à toutes et à tous,

    en ce jour pluvieux, je me suis dit qu’il serait de bon ton de dédier un petit billet à une eau que j’apprécie tout particulièrement, pour ne pas dire que j’adore, l’eau Mont Roucous.

    C’est une eau que j’ai découverte il y a quelques  années, alors que j’habitais encore sur Lille (on la trouve d’ailleurs plus facilement en France qu’en Belgique) et  que je suivais un régime bien spécifique avec une diététicienne (déjà ;-)

    Microbiologiquement saine, l’eau minérale naturelle  Mont Roucous est d’origine souterraine et n’est  perturbée par aucune contamination d'origine humaine ou encore par l’addition possible de certains produits chimiques. La principale caractéristique de l'eau minérale naturelle réside justement dans cette pureté originelle qui est une exigence de la réglementation (Source : www.eaumineralenaturelle.fr)

    Favorable à la santé, l’Eau Minérale Mont Roucous est très faiblement minéralisée  et répond parfaitement aux besoins des mamans et des bébés, car elle facilite le travail des reins. Mais elle peut également être bue par tous, à volonté, à tous les âges de la vie et sans aucune contre-indication.

    A adopter pour un plaisir au quotidien, avec son petit format d’un litre vous pourrez l’emmener partout !!

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire
  • Santé : 10 recettes et astuces minceur

    J-ai-un-probleme-je-veux-mincir-avant-le-maillot_article_full.jpgFinis les régimes draconiens avec sorties interdites et sport intensif ! Aujourd'hui, pour afficher une allure honorable sous les sunlights, il existe quelques trucs tout simples, pas douloureux et même agréables, pour se galber sans en avoir l'air... A vos marques, prêtes... Mangez !

    Aux fourneaux

    Astuce n°1 : Bye bye les mauvaises graisses

    Dans les pâtisseries, les charcuteries, les laitages non écrémés... Elles se cachent partout ! Ce sont les mauvaises graisses, qui, consommées en trop grande quantité, entraînent l'augmentation du cholestérol dans le sang. Pour les repérer et les éviter, on bannit les biscuits et autres plats industriels de nos placards. Et on opte pour du fait maison, sans ajout de matières grasses hydrogénées superflues. Et puis, question goût, c'est quand-même autre chose....

    Astuce n°2 : Je privilégie les aliments qui calent

    Pour garder la ligne : mangez ! Et pour être bien rassasiée, faite le plein de protéines. Viandes maigres, jambons dégraissés, fromages allégés... Non seulement ces aliments ont le don de nous passer l'envie de grignoter. Mais en plus, ils sont si difficiles à digérer que notre organisme dépense plus d'énergie à le faire qu'à en profiter.

    Astuce n° 3
    : Vive les papillotes !

    En plus de nous éviter une crise de nerf sur la balance, la papillote : c'est facile et amusant à préparer. Un rouleau d'aluminium, un poisson ou une viande, quelques épices. Et le tour est joué ! L'avantage c'est qu'il n'est pas nécessaire d'ajouter trois tonnes d'huile pour cuisiner des papillotes dignes de ce nom. En remplaçant l'huile ou le beurre par de l'eau, l'illusion reste parfaite et le produit cuisiné, particulièrement savoureux.

    Astuce n°4 : Opération apéro light

    Avant tout apéro qui se respecte, placez sur la langue deux pastilles mentholées extrafortes et laisser fondre. La puissance de l'arôme dénature fâcheusement toutes les saveurs. Même les plus appétissantes nous rebuteront. Au revoir les saucisses cocktail ! Pendant : on boit d'abord de l'eau pour alléger en douce l'addition calorique de l'apéro. Pourquoi ? Parce que statistiquement, le premier verre est bu deux à trois fois plus vite que les suivants. Commencez donc toujours par un verre d'eau.

    Astuce n°5 : le son, c'est doublement bon

    C'est l'aliment le plus riche en fibres qui existe : le son d'avoine absorbe les graisses et aide à réduire le cholestérol. Deux cuillères par jour permettent de diminuer nos apports lipidiques. Et la bonne nouvelle, c'est qu'on peut en mettre dans tous les plats salés comme sucrés. Autre bon point : il est très rassasiant. Son pouvoir d'imprégnation joue un rôle dans l'estomac. Il absorbe jusqu'à 40 fois son volume d'eau. Pas étonnant qu'il soit devenu l'aliment fétiche du régime Dukan.

    Astuce n°6 : Du vinaigre « oui » mais de cidre

    Petit secret de star : le vinaigre de cidre aurait des vertus coupe-faim ! A cela, rien d'étonnant puisqu'il est bourré de sels minéraux, de calcium et de magnésium. Sans compter qu'il est très peu calorique. Avant chaque repas copieux, prenez deux cuillères à soupe de vinaigre de cidre. Effet coupe faim garanti !

    Astuce n°7 : Je stimule ma sérotonine

    Elle agit sur notre humeur et sur notre comportement alimentaire : la sérotonine (hormone de la satiété) permet de contrôler nos fringales. Et pour garder notre taux au top, certains aliments sont champions. A commencer par les fruits secs, les céréales complètes, les oléagineux et même les fruits de mer. Faites-vous plaisir !

    A l'extérieur

    Astuce n°8 : Je marche,  donc je brûle

    Inutile de courir, il faut partir à point. Ou plutôt marcher doucement mais sûrement. Pourquoi ? Parce que pratiquer une activité physique de faible intensité comme la marche permet de brûler bien plus efficacement les graisses qu'en courant.

    Astuce n°9 : Je galbe mes jambettes

    En choisissant une activité physique qui structure la silhouette et donne de l'allure. D'abord, avec la natation qui, pratiquer 45 minutes deux à trois fois par semaine,  permet de redessiner jambes et tour de taille. Ensuite avec la barre au sol. Cette discipline issue de la danse classique fait travailler les muscles en longueur. Notamment ceux des jambes.

    Astuce n°10 : J'opte pour des vêtements intelligents

    Pas fana de sport ? Pas de soucis. Aujourd'hui il existe de plus en plus de textiles hydratants, galbants et même amincissants qui nous permettent de réduire nos capitons, de faire illusion et parfois même de se muscler. Des chaussures de sport aux semelles ergonomiques (1 kilos chacune), aux leggings ventre plat anti-cellulite, en passant par les soutiens-gorge hydratants... les textiles font leur révolution pour nous maintenir et remodeler notre silhouette.  Ça laisse rêveuse !

    Source : Auféminin.com

    Lien permanent Catégories : Santé 0 commentaire